Barbatrucs – 8 décembre 2014

Voici un résumé des trucs et des astuces colligés lors de la rencontre du 8 décembre 2014, qui avait pour thème les préoccupations relatives au temps des Fêtes. Bien entendu, plusieurs suggestions peuvent être appliquées à d’autres situations similaires et tous les trucs ne sont pas exclusifs à Noël ! Certaines astuces nous ont été inspirées par un texte de Laurie Harada (directrice générale de Anaphylaxie Canada) publié, en anglais, dans le magazine Allergic Living, alors que d’autres sont la gracieuseté des participantes. Vous comprendrez que ces trucs ne sont pas applicables à tous et qu’il faut les adapter à sa réalité, selon le degré de réactivité de nos enfants et notre propre tolérance au risque. Il ne s’agit pas de recommandations formelles, mais bien d’inspiration ! En cas de doute sur la ligne de conduite la plus appropriée à votre situation particulière, nous vous conseillons d’en discuter avec votre professionnel de la santé.

  • Une première chose à faire est de se poser honnêtement la question : « Est-ce que je suis à l’aise de faire telle ou telle sortie avec mon enfant ? ». En se questionnant ainsi, on apprend à mieux déterminer les situations qui représentent un trop grand risque pour nous. Par exemple, on pourrait conclure que les soupers chez la belle-famille n’engendre pas un degré de stress excessif et qu’ils demeurent agréables pour tous, mais que les soupers entre amis de type « pot luck » seront des activités auxquelles nous choisissons de ne pas participer pour le moment.
  • Selon nous, le conseil qui suit s’applique à toutes les situations : en tant que parent, il faut, avant d’affronter le monde, discuter avec notre partenaire de la situation et se mettre d’accord sur la marche à suivre. D’abord, parce que c’est important de faire front commun devant les autres (amis, familles, collègues, etc.), mais aussi pour être cohérent devant notre enfant allergique. Une fois d’accord sur une ligne de conduite (Qui peut nourrir notre enfant ? Fournissons-nous son lunch ? Est-ce qu’on laisse les enfants manger à la même table s’il y a des allergènes dans leur repas ? etc.), il sera beaucoup plus facile de s’affirmer dans notre entourage quant aux mesures qui doivent être prises et qui sont importantes pour nous afin de nous assurer que notre enfant sera en sécurité à l’extérieur de la maison. Ce conseil semble simple, mais il n’en est rien ! Les allergies, surtout lorsqu’elles mettent en cause nos enfants, nous font parfois vivre un processus bien particulier qui ressemble à celui du deuil. Ce processus ne se produit pas pour les deux parents en même temps nécessairement, il ne se vit pas toujours de la même façon. De même, à cause de nos différences de tempérament et de personnalité, il se peut que nous n’ayons pas du tout la même tolérance au risque, par exemple. Il est important de respecter les limites et les craintes de chacun. Et comme pour bien d’autres situations imprévues qui surviennent lorsqu’on est parent, c’est souvent en peu de temps qu’une décision doit être prise et, évidement, on n’a pas toujours pensé à tout ! Nous préparons un protocole en cas d’urgence pour la garderie, pourquoi ne pas en faire un avec notre partenaire ? Faites preuve d’ouverture et de patience au moment d’en discuter, car vous aurez peut-être des surprises quant au point de vue de l’autre, que vous pensiez si bien connaître !
  • Parfois, lorsque les allergies sont récentes, nous pouvons avoir le réflexe de vouloir s’exclure de tout pour se sécuriser et éviter tous les risques. Sans faire abstraction des allergies – c’est impossible de toute façon – il faut savoir trouver un équilibre dans lequel parents et enfants sont à l’aise. Si l’âge de votre enfant le permet, demandez lui son point de vue ! Comment se sent-il pendant les sorties ? Vous serez peut-être étonnés d’entendre ses réponses.

Lorsque vous serez confiants d’avoir trouvé vos limites de tolérance, voici quelques trucs pour vous aider à peut-être mieux gérer les sorties avec votre enfant :

  • Ayez toujours tous ses médicaments à portée de la main (Benadryl, Ventolin, Flovent, Alvesco, épinéphrine, etc.). Oui, vous aurez peut-être l’impression de traîner la pharmacie au complet, mais en cas de réaction, vous serez vraiment rassuré d’avoir tout à votre disposition.
  • Si vous fournissez la nourriture de votre enfant durant un événement, apportez un lunch amusant pour lui. Une maman nous a raconté que, lors d’un mariage, elle avait fait participer son enfant à la confection de son lunch. Elle voulait qu’il puisse manger quelque chose qui lui ferait vraiment plaisir même s’il n’aurait pas le même repas que les autres enfants. Finalement, c’est avec pas mal d’envie que ses amis l’ont regardé savourer son sandwich… à la guimauve ! Parfois, il faut mettre de côté l’aspect nutritif au profit du côté festif !
  • Dans la même veine, essayez d’avoir toujours des collations attrayantes, que vous savez que votre enfant sera content de manger lorsque vous sortez. Ainsi, vous ne serez pas pris au dépourvu et n’aurez pas à gérer une crise de jalousie. Une collation amusante ne signifie pas une « cochonnerie » nécessairement ! Garder prêt un petit sac à dos contenant quelques aliments non-périssables qui conviennent à votre enfant peut également contribuer à ramener un semblant de spontanéité lorsque vous partez de la maison. Vous n’avez qu’à le regarnir de temps en temps.
  • Communiquez avec l’hôte avant l’événement peut lui permettre de faire certaines adaptations susceptibles de vous (et de le) rassurer : que ce soit de faire un ménage en profondeur pour enlever les poils d’animaux, de nettoyer les surfaces des espaces communs, de modifier le menu, ou simplement de rappeler aux autres convives la présence des allergies dans votre vie, n’attendez pas d’être rendu sur place pour parler à l’hôte ! Il ne faut pas s’attendre à ce que les gens aient toujours en tête les mêmes préoccupations que vous relativement aux allergies. Il est normal de devoir leur rappeler quelques précautions nécessaires, même si cela peut parfois devenir répétitif.
  • Proposez votre aide : c’est une bonne façon de partager les tâches et, aussi, de vous rassurer. En plus, ce faisant, vous envoyez le message à votre hôte que vous êtes conscient du temps et des efforts qu’il déploie pour vous. Vous contribuez, en l’aidant, à lui expliquer pourquoi ces efforts sont nécessaires et rendent l’événement plus sécuritaire et plus agréable pour votre famille.
  • Si vous allez régulièrement chez certaines personnes (votre belle-famille par exemple), pourquoi ne pas leur préparer une boîte contenant les principaux éléments que vous utiliser pour cuisiner et qui ont une longue durée de conservation qui vous pourrez laisser chez elles ? Pensez à de la farine, du sucre, des épices, mais aussi à des ustensiles et des couverts qui ne serviront qu’à vous. Vous serez ainsi assuré de ce que contient le repas, car vous aurez fourni une partie des aliments sécuritaires.
  • Apprenez (vous autant que vos enfants) à dire NON ! C’est la base direz-vous, mais parfois, ce n’est pas si simple. On ne veut pas décevoir belle-maman, qui a mis tant d’effort à cuisiner (mais dont vous doutez des ingrédients utilisés), on a l’impression de priver notre enfant du bon gâteau au chocolat que tout le monde mange, malgré qu’on ne soit pas à l’aise avec le « peut contenir » inscrit sur la boîte, on ne veut pas avoir l’air complètement hystérique durant un événement en demandant à tous de s’abstenir de nourrir notre enfant… Avons-nous besoin d’en dire plus ?
  • Être solidaire : pourquoi ne pas apporter un lunch pour vous ET votre enfant ? Il se sentira moins seul et verra que ce n’est pas si grave, après tout, de manger différemment des autres. En plus, ça peut devenir un prétexte pour avoir un moment privilégié avec un de vos enfants.
  • Au moment d’un événement, pour vos tout-petits surtout, pensez à les munir d’un accessoire qui les rendra facile à repérer et qui contribuera à rappeler à tous que vos enfants souffrent d’allergies. Vous pouvez personnaliser un chandail, lui acheter des tatous, lui faire une casquette, etc.
  • Enseignez à votre enfant à reconnaître ses allergènes, particulièrement s’il mangera un repas qui n’a pas été préparé par vous. Souvent, on garde nos enfants allergiques le plus loin possible de leurs allergènes, à un point tel qu’ils ne savent parfois même pas à quoi ils ressemblent ! Évidemment, on ne peut jamais se fier à un enfant pour éviter ses allergènes tout seul en bas âge, mais il sera rassurant pour vous de savoir qu’il est en mesure de reconnaître une arachide ou un pot de moutarde si vous avez le dos tourné.
  • Finalement, ne jamais présumer que les autres savent ce que vous savez relativement aux allergies ! Nous apprenons souvent encore à mieux gérer les allergies de nos enfants plusieurs années, même, après leur diagnostic initial. Il ne faut jamais présumer que nous pouvons, en quelques minutes, couvrir le sujet et faire confiance à 100 % à quelqu’un qui ne vit pas avec des allergies. La contamination croisée, la lecture d’étiquettes, les appels à des fournisseurs, et tous nos meilleurs trucs pour dormir la tête tranquille et manger avec confiance se sont acquis au fil du temps. Il est important de ne pas avoir d’attentes démesurées envers les autres.

Nous espérons que ces quelques trucs vous auront donné des idées et vous aideront à mieux planifier vos sorties durant les prochaines semaines. Si vous décidez de visiter famille et amis, cette année, n’oubliez pas d’avoir du plaisir ! Et si vous pensez que votre stress et que la gestion des allergies vous empêcheront d’avoir du bon temps, vous pouvez toujours recevoir vos invités dans le confort – et la sécurité – de votre maison. Plusieurs mamans présentes à la rencontre du 8 décembre ont d’ailleurs choisi cette option. Il est même possible que certains de vos convives, au lieu de contribuer en apportant de la nourriture, vous offre une compensation financière ou vous suggère de vous fournir des boissons alcoolisées. Peu importe la formule que vous adopterez, l’important est que chacun y trouve son compte et que nos enfants allergiques passent le plus beau des Noël, sans réaction allergique !