Barbatrucs – 22 janvier 2016 – Parler des allergies

Parler des allergies, c’est aborder le sujet délicat de la différence. À quel moment convient-il d’en parler avec notre petit allergique? Quels sont les bons mots à utiliser afin qu’il comprenne bien les enjeux de sécurité, sans toutefois susciter une peur démesurée chez notre enfant? D’après nos observations, la plupart des parents qui vont chercher de l’information ou du soutien ont des enfants en bas âge, ce qui nous a amenées à nous questionner sur la fameuse période critique de l’adolescence: comment faire, en tant que parents d’enfant allergique, pour apprendre à faire confiance à notre progéniture en pleine crise d’identité, en recherche éperdue de liberté, tellement convaincue de son invincibilité?… Est-ce que, au final, c’est comme pour tout le reste? On évolue en même temps que notre enfant et, une fois ado, on gère (lire: on relativise) nos angoisses de parents? On a eu envie d’aborder la question lors de notre dernière rencontre. Voici ce qui en est ressortit:

Pistes pour les plus petits:

  • D’abord, pour vous soutenir dans vos discussions avec votre enfant, vous pouvez vous inspirer ou vous faire accompagner de livres qui abordent le sujet et qui sont spécialement pensés pour les petits. Voici quelques titres: Laisse-moi t’expliquer… les allergies alimentaires!, Pas de noix pour Sara et Aïe, ça pique!
  • Les discussions sérieuses avec les petits ne portent pas toujours leurs fruits. Avez-vous pensé à l’apprentissage par le jeu? Par ailleurs, plusieurs ont remarqué que leur enfant incluent d’emblée les allergies dans leure jeux de rôles (nounours est souvent victime d’une crise d’allergie qui nécessite de donner «l’Épipine»!)
  • Répondez à leurs questions, mais ne surestimez-pas leur portée. Par exemple: un enfant qui demande s’il peut aller à l’hôpital s’il fait une réaction allergique ne pense probablement ni à l’Epipen, ni au trajet en ambulance, ni à la possibilité de mourir des suites d’une réaction allergique.

Pour les ados, c’est plus du cas par cas, mais en général:

  • Expliquez-leur les risques, concrètement, à l’aide d’exemple.
  • Sachez vous remettre dans votre peau d’ado pour comprendre ce qui dérange votre enfant. Est-ce que c’est la différence qui l’agace?
  • Soyez vigilants: l’intimidation fondée sur les allergies alimentaires est un problème de plus en plus répandu.
  • Impliquez-vous, mais laissez-leur gagner en liberté. Ils doivent apprendre à faire des choix!

Finalement, si on ne retient qu’une chose, c’est que la confiance est la clé. L’attitude que vous adoptez envers les allergies a inévitablement des répercussions sur le regard que portera votre enfants sur celles-ci. Voir confiance en vos moyens – sans sous-estimer les risques – est précieux, car c’est ce qui permettra à votre enfant d’acquérir au fil du temps l’autonomie nécessaire pour faire les bons choix… et pour vous rassurer quant sa capacité à faire gérer ses propres allergies.